Gazon (300x200 cm)
L'embouteillage (60x400 cm)
Le déjeuner dur l'herbe (60x300 cm)
Habitat vertical (47x213 cm)
Les voisins (180x120 cm)
L'état d'urgence (282x212 cm)
Il est grand temps de rallumer les étoiles (400x500 cm)
Détail (Il est grand temps de rallumer les étoiles)
La scénographie

"Faux-semblants" questionne sur l'espace et son occupation.

La réflexion sur le procédé de la série est partie de deux constats :

- dans nos contrées, le paysage est de plus en plus morcelé, constitué de petits blocs homogènes, et nous vivons cloisonnés dans ces morceaux d'espaces.

- l'appareil photo participe aussi à la fragmentation du paysage puisqu'il capture une zone de paysage délimitée par la surface de son capteur ou de sa surface sensible.

L'idée est donc de recréer des grands espaces, par la juxtaposition et la multiplication de ces fragments de "paysages".

"Faux-Semblants" est aussi un travail sur le medium (la photographie) et son rapport au temps. Exit l'instantané photographique, l'image est ici construite sur un temps long et représente une somme d'instants différents. Si l'image montrée n'est plus la réalité, elle en est un condensé, forcément et volontairement suggestif.

Les grands tirages ainsi obtenus, aidés par la scénographie, loin de nous libérer de ce cloisonnement, participent à notre enfermement dans ce monde que nous avons modelé et mettent en évidence l'absurdité de nos modes de vie.


La première partie du projet est réalisée. Elle se présente sous forme d'un espace clos de 4mx5m.